Post Image

Te faire plaisir

Publié par Les Invitées / 23 mai 2018 / 0 Commentaires

Depuis des jours et des nuits, je me fais des films dans ma tête plutôt version X. On a prévu de se voir. Cette idée me fait sourire béatement et me fait frémir sur ce qu’on pourrait faire. Plusieurs scénarios se dessinent, mon but est de lui faire plaisir et de prendre les commandes. Il est si intrigant et ne laisse rien paraître, comment savoir que cela lui plaît.

Toute la semaine, j’ai demandé des conseils à des amis sur ce qui pourraient plaire à un homme et toutes m’ont répondu : « Tu te poses trop de questions, fais-toi plaisir. Ne réfléchis pas et fais ce que tu as envie. « .

C’est fou d’avoir 30 ans et de manquer de confiance en soi.

J’ai cherché sur le net comment lui faire plaisir, lui plaire, le faire jouir, le rendre fou, mais tout cela est si abstrait. Et je n’ose pas lui en parler. J’abandonne, elles ont peut-être raison, je me prends trop la tête.

Le jour J est arrivé. Je me prépare, rien de plus simple : je suis presque nue sous mon manteau, j’ai choisi minutieusement des sous-vêtements noirs assortis. Très discret ça ne t’étonneras pas, mais ils sont à mon image; des escarpins et un maquillage très léger (fond de teint rouge à lèvres).

Si j’en fais trop, tu risques d’avoir des suspicions. Je te rejoins, tu as l’air ravie de me voir, tes yeux scintillent et ton air malicieux est de sortie et j’aime ça.

On discute, mais mon esprit n’est pas présent, je t’écoute à peine.

Moi, je me demande ce que tu vas penser en me découvrant nue, j’espère juste que tu vas apprécier et que tu ne vas pas trouver ça vulgaire.

En même temps le petit diable qui est en moi prie pour que tu aimes et que tu me dévores sur place. Et j’en souris à l’idée.

Ça y est, on est arrivé, la clé est sur le baril de la porte , j’ouvre la porte, je trépigne d’impatience, on rentre. Je l’invite à se déshabiller, j’essaye de prendre mon temps et attiré ton attention. Je déboutonne doucement les boutons le laissant découvrir mon corps vêtu de cet ensemble noir qui mine de rien me va bien. Il met en évidence ma poitrine et souligne mes courbes et ma cambrure malgré quelques contours disgracieux qui ne semble pas te déplaire.

Je te fixe scrutant ta réaction et BINGO, objectif atteint.
Ton expression de visage change, tu es surpris , tes yeux s’ouvrent, s’illuminent, ta bouche s’ouvre … pas un mot, tu avances vers moi, tu m’embrasses langoureusement et tu me dis : «Ma chérie…»

Collée à moi, je peux sentir son pénis durcir sur ma jambe et je suis satisfaite.

Il m’embrasse et m’enlace, j’adore son odeur et ses mains commencent à parcourir mon corps avant que ses doigts ne s’arrêtent sur mon boxer en dentelle. Il écarte soigneusement la dentelle et je sens un doigt me pénétrer profondément.

Je ne m’y attends pas et pousse un petit cri étouffé qui semble lui faire de l’effet. Il continue donc plus fort tout en masturbant mon clitoris et je commence à gémir, à relâcher mes muscles, ma tête se penche en arrière mon corps devient son instrument.

Il s’arrête, mais je voudrais que ça continue, je le regarde et il doit lire dans mes yeux, car il me répond : «on va se mettre à l’aise».

Tout en l’embrassant, je le déshabille, il ne faut pas que la pression tombe surtout pour moi, mon corps bouillonne, mon sang se chauffe, je ne pense qu’à ce qu’on va pouvoir faire, ce que lui va me faire. Nous nous dirigeons vers la chambre, nous nous couchons et il sait comment me faire plaisir.

Une seconde plus tard, je sens sa langue mouillée dans mon entrejambe, jouant tantôt avec mon clitoris tantôt léchant mes lèvres puis entrant dans mon vagin. Chaque passage de sa langue en moi ou sur mon clitoris me renvoie une sensation différente.

Je sens le désir monter, il le sait et il continue de manière saccadée, j’hésite à prendre sa tête et la plonger au plus profond de mon être. Au lieu de cela, je laisse place à des gémissements, des cris étouffées et à des mouvements ondulés lui signifiant que je veux m’échapper, mais qu’il faut qu’il continue…

À cela, s’ajoutent ses caresses, le long de mon corps, les ronds qu’il dessine sur mon sein, je ne réfléchis plus et pense égoïstement à mon plaisir et non à lui faire plaisir. Sans rien comprendre, je me retrouve à quatre pattes, le dos cambré, les bras pliés et je sens un emboîtement minutieux. Il est en moi, je sens tout son membre bien dure faire des va-et-vient de plus en plus fort et de plus en plus profond et de plus en plus bons. Les frottements me font mouiller.

Je sens mes fesses rebondir sur sa queue si ferme, faire des vagues. Ses mains posées sur mes hanches, il gère la cadence, malgré mes gémissements, j’arrive à l’entendre gémir lui aussi et je sais à quoi il ressemble à ce moment-là. Il doit avoir le visage crispé de plaisir et doit se concentrer pour ne pas jouir. Il doit faire attention que je prenne du plaisir. Chaque coup de reins est une escalade d’émotion pour moi, tout glisse, il est chez lui et fait ce qu’il veut de moi. Je ne peux rien dire, je suis à sa merci.

Au passage, je tiens un bout de drap et mes seins pour ne pas crier tellement que c’est bon, mais il n’en a pas fini avec moi et le revoilà reparti dans mon entrejambe remplis de ce nectar suave qu’il aime tant lécher.

Je n’en peux plus et il le sait, c’est à ce moment où il me positionne sur le côté bien fermement dans ses mains et qu’il me pénètre toujours avec cette douceur qui lui est propre, mais pris à son propre jeu, il ne se rend pas compte qu’il accélère, qu’il crie, qu’il transpire.

Quant à moi, je retiens mon souffle, contracte mon périnée avant de tout lâcher, je maîtrise rien, la pièce se remplit de cris et de gémissements puis deviens muette, retenant que nos respirations essoufflées. Il est allongé sur moi, nos transpirations se mêlent. Nous restons ainsi un certain temps une minute peut être deux.

Je suis bien au creux de ses bras, son sexe est toujours en moi..

On se regarde, mais nos esprits ne sont pas présents…

Nous reprenons notre souffle, nous nous détachons, comme à notre habitude, il me dépose un baiser de satisfaction sur les lèvres et m’invite à rejoindre ses bras et moi, je dépose ma tête sur son torse…

Je n’ai pas besoin de lui demander si ça a été, mais je le fais quand même. Il me répond que c’était parfait, il me caresse et je le vois fermer les yeux et partir vers un doux sommeil. Je ne sais pas à quel moment le mien m’emporte, mais me voici déjà loin…

Nael-Hanaé

©123RF

Histoires vécues, confidences intimes, fictions érotiques, leurs textes touchent, nourrissent l’imaginaire, libèrent et nous font rêver. Ces petits trésors, sources de plaisirs, nous sont révélés chaque jour par des femmes créatives, inspirantes et audacieuses qui ont su oser écrire leurs désirs d’un jour, leurs envies d’une nuit. De tous âges, venant des quatre coins du monde, en créole, en français ou en anglais, elles partagent avec vous, chère lectrice, cher lecteur leurs émotions ….découvrez leur univers et laissez-vous emporter par leurs écrits.

À vous de jouer!

Vous aussi partagez avec nous votre petite confidence érotique en nous l'envoyant par mail ou via notre formulaire!

Et n'hésitez-pas à échanger avec nos charmant(e)s Confident(e)s, en leur laissant un petit commentaire ci-dessous!

Aucun commentaire

Aucun commentaire

Commenter

Votre email ne sera ni publié ni partagé. Les champs obligatoires sont marqués *

Similaires