Post Image

Penses-tu que j’étais amoureuse ?

Posted By Blueberry / 8 février 2018 / 0 Commentaires

«Penses-tu que j’étais amoureuse ?»
Ma meilleure amie ne sait quoi répondre…

I mean… J’avais l’air si sincère que je n’aurais jamais pensé réagir ainsi.
Quand je l’ai rencontré, j’ai osé déclarer qu’il était sans doute mon âme sœur. Son caractère, ses idéaux, tout me poussait à croire que c’était lui. Epi… Ba mwen ba zot le revers du décor.

«Je te dis que tu as raté ça Blue! Mafi la soirée a tourné en débauche extrême. Même lui là avec Clara! Des doigts, bisous toute bagay!
– Asse di mafi!
– Oui le truc était tellement chaud qu’ils ont baisé hier soir. Il a débarqué chez elle après son travail. La totale!»

Alors oui, la narratrice n’était pas au courant que cet homme et moi avions eu une relation des plus passionnée et complice. Elle me donnait le milan comme d’habitude. Et comme d’habitude, je prenais le milan.

« Par devant, derrière, cunni, fellation et vraiment mafi c’était très cochon je te jure! Moi-même, je suis choquée. Je ne le pensais pas comme ça »

Et j’en rigole. Je ris comme une personne lambda. Comme si ce même homme ne m’avait jamais baisé de la sorte. Et dans ma tête pas de sursaut, rien.

Quelques jours plus tard, le récit fut raconté par la partenaire elle-même. Oui, je la connais. On se côtoie et il le sait. Clara est fière de cet exploit car elle le désirait depuis bien trop longtemps. Ah neg, elle nous dit de garder ça pour nous, le groupe de filles étant au complet. Nous nous étions déjà racontées l’histoire entre nous mais nous acceptons telle des makrelles pro.

Mwen doubout la ka bwe pawol la sans être démolie ou perdue dans cette situation malsaine. Oui, c’était malsain.

« Mais les filles, je n’avais pas vu qu’il avait embrassé l’autre fille à la soirée…Cindy! C’est après que j’ai su ça. »

Pov malerez si ou te sav!

La discussion dérive un peu sur cette Cindy. La belle sœur du monsieur.

« Attendez, vous pensez qu’il la baise? » Dit Sandra.

Même le silence a rigolé…

Je me suis observée sur le moment et puis après. Aucune expression sur mon visage autre que l’euphorie du milan apporté. Rien. Mon cœur n’a pas lancé de signal. Suis-je si forte que ça?

Ça sonne à la porte.

Le coq débarque dans ce poulailler et les poules ne caquettent désormais plus. On observait toutes Clara. Et j’ai fait de même. Clara souriait.

Personne dans la salle n’était conscient de ce qui venait de se produire. Il m’a regardé attentivement, cherchant une raison à ses appels manqués sur mon téléphone. Je regardais avec le sourire Clara. J’étais normale, discutant avec tout le monde.

Je ne répondrai pas à ses appels. Je n’en ai pas envie. Je ne vois pas ce que l’on aurait pu se dire. Il a perdu tout son charme. Il avait le rôle du malpropre. Un rôle qu’il méprisait tant. Clara, qu’il avait souvent dépeinte comme vulgaire était là.

Tu penses que j’étais amoureuse ?

Mon cœur n’a rien dit. Pas de choc émotionnel. Pas de larmes.

Ai-je connu l’amour un jour dans ma vie?

Blueberry

©Canstockphoto/

Blueberry

Je suis une passionnée qui aime écrire et partager ses écrits avec ceux qui veulent bien lire.

Aucun commentaire

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Your email is never published nor shared. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Liés