Malè an fanm sé malè tout fanm!*

Posted By Editorial team / 24 octobre 2017 / 1 Commentaire

Le voilà…
Ça y est les mots vont glisser, ils glissent, j’ai pensé à l’écrire sur une feuille, mais ce mail fera l’affaire….
Pourquoi ce titre ?
Parce que *le malheur d’une femme, c’est le malheur de toutes les femmes.

On s’est dit oui, j’avais 20 ans, c’était une évidence… Je l’aimais tant…
On s’est mariés sans nos parents juste nous et des amis proches dans le 94.
À notre retour à Paris, nous rentrons en Martinique…
Mon conte idyllique s’écroule, il est dur quand il est en colère…
« Pourquoi tu te refuses à moi? », me dit-il.
Encore lui, ce mari qui me demande de lui faire l’amour, mais je n’y arrive pas…
Mon vagin se bloque,
Se serre,
Il m’insulte jour après jour me détruit jour après jour, me demande pardon, j’accepte, reviens, me demande de refaire l’amour, je n’y arrive pas encore une fois…
Quand j’y arrive, je pleure me recroqueville…
Mais pourquoi ?
J’entame une thérapie, j’en ai besoin.
2 jours et j’arrête, je ne peux pas, je n’y arrive pas.

Je me reconcentre sur mon mariage et ma vie de femme.

Souvent, je pleure.

Souvent, mon âme s’envole, sort de mon corps.
Que se passe-t-il?
Une notion de viol
Est-ce réel ?
Ce métis de 26 ans et moi 13 ans
C’est réel ?
J’oublie,
Il le faut.

Mon mari et moi avons un enfant,
Un magnifique garçon
Je reprends confiance en moi
Il m’aime,
Ça ira,
J’y crois,
Suis sûre.
Un soir, il casse tout pour ne pas me frapper…
Il dit que je suis laide, moche…
Qu’il me tuera
Il met ma robe de mariée dans un sac-poubelle,
Me fout à la porte
Avec son bébé sur les bras,
Me jette des bouteilles sur ma voiture,
Je pleure,
Il me demande de revenir,
Qu’il sait pas ce qu’il fait ,
Il me demande pardon,
Je reviens.

Il m’aime.
Ça ira
Oui ça ira.

Un jeudi, il rentre tard
Très tard…
Il était avec une femme…
Je le sens…

Il l’a fait…
Il part le samedi
Fais ses affaires et part…
Quand il part je suis anéantie je suis l’ombre de moi-même , il est fier de lui il dit qu’il est heureux, que je suis laide, imbécile et aucun homme ne voudra de moi…
Qu’il a une vie d’acteur porno aujourd’hui, me dit il.
Qu’il ira en Haïti me faire du mal

Je ne m’alimente plus…
Je m’éteins
À petit feu…
Le calvaire est dur, long et atroce.
Je pars,
Je prends mon fils et on part.
Lui ?
Il vit son idylle en m’écrasant,
Elle ? Elle est heureuse jubile de mon malheur… Malè an fanm sé malè tout’ fanm.
Arrivée là-bas, je retrouve ma ville natale dans le 77, je retrouve mes repères.
Je respire,
Je prends cette bouffée d’oxygène, mais mon cœur est et reste en lambeaux.
Je relève la tête.
J’apprends qu’il sera papa de nouveau avec elle …

Une fois en mesure de supporter tout ça, je rentre à la Martinique.
Divorce acté.
Ça y est.
Divorcée…
Je me sens en paix dans mes convictions religieuses.

Lui et Elle?
Ils se séparent.

M’en focus…
Il veut revenir…
Hors de question …
Le mal subit est trop intense
Mais je lui pardonne…
L’infidélité ? C’est pas ça le plus dur, mais c’est la façon de faire, cette façon ignoble d’agir.

Je rencontre cet homme, le mien, mon mec.
Il ne peut pas me réparer,

Je dois le faire seule…
Mes vieux démons sont là….
Et si mon ex-mari avait raison ? Et si aucun homme ne voudra de moi?

J’entame une thérapie de nouveau, mais là, je fais les séances , je les fais vraiment.
Quand c’est trop dur, j’annule 1 fois mon rdv, mais pas 2 fois mon thérapeute y tient ! Il y croit ! Ça m’aide…
Je les fais vraiment.
Pendant ma séance, je vois cet homme,
Il est réel.
Je revis la scène.
Je revois la touffe de poils qu’il avait sur son sexe.
Il m’a demandé « suce moi »
J’ai 13 ans…
Je suis vide de sentiments.
Il baisse son pantalon, me pénètre.
Je sais pas si j’ai mal car je suis paralysée.

Je lui retrouve son prénom…
Jonathan…
Je fixe une poupée qui est sur un placard pendant l’acte, je fixe cette poupée.
Je la regarde sans cesse.
Ça s’est passé dans la chambre d’une petite fille.

Je suis répugnée,
Je ne pleure pas,
Je suis stoïque,
Aucune émotion,
Sauf le dégoût.

Suis-je normale ?
Il jouit.
Se rhabille.
Mon sort se scelle ce jour-là.
Mon esprit est dissocié ce jour-là de mon corps.
Les conséquences de ce jour-là m’ont suivie pendant des années…

Aujourd’hui,
J’ai appris à m’aimer.
À me dire que le rejet ne fais plus partie de ma vie.
Enfant, on me rejettait parce que je n’avais pas la couleur qu’il fallait.
Donc que je n’étais pas la fille de mon père.
À 13 ans le rejet de moi-même par ce viol.
Oui le mot viol, je peux le déposer aujourd’hui sur cet acte.
Mariée, le rejet de mon époux.
Plus de rejet,
J’ai appris à accepter mon corps du moins j’essaie.
J’ai appris à aimer faire l’amour, aimer le sexe, le plaisir de la pénétration.
Aujourd’hui, je suis maman pour la 2e fois.
Aujourd’hui, j’y crois,
Aujourd’hui, je suis debout !
Aujourd’hui, je sais que seul l’amour peut nous aider .
L’amour de sois même
L’amour pour sa personne,
L’amour de ceux qui nous aiment réellement
L’amour de Dieu…
Juste une chose qui me tient à cœur un jour dans mes larmes, je priais, je criais à Dieu et j’ai ouvert ma Bible…
Je tombe sur Esaie 54 « Comme une épouse qu’on a répudiée je prendrai soin de toi… »

Malè an fanm sé malè tout fanm!

Je tiens à rajouter ceci :
Nul ne peut guérir du viol sans en parler, sans le dire, l’exprimer.
La honte nous embrasse.
On se dit que c’est de notre faute, si je n’avais pas été à cet endroit à ce moment, ça serait pas arrivé.
Pourquoi j’ai été?
Si j’avais été plus forte physiquement et moralement j’aurais pu être debout et lui faire peur à lui!

Mais…
Quand on n’en parle pas la colère est notre amie, les pleurs, la dépression tous ces maux nous guettent et nous accablent.
Seul le mot « parler  » peut s’associer à notre guérison. J’ai pris près de 20 ans avant de reconnaître mon mal être, avant d’en parler à ma famille.
La thérapie aide…
Verbaliser…
Le viol n’est pas que comme dans les films.
Le viol arrache notre vie, détruit notre âme et piétine notre avenir!
Parler…
Parler…
Ça aide…
Ça m’a aidée…
Merci laplisitol…

©Canstockphoto/

Editorial team

Vous souhaitez devenir co-créateur et partager votre vision sur des sujets liés à la sensualité, au rapport au corps, à l'estime de soi et/ou à l'érotisme? Contactez-nous ! Et on en parle ensemble ! > contact@laplisitol.com

Un Commentaire

  • L'AMOUREUSES
    24 octobre 2017 at 19 h 55 min

    les larmes aux yeux…… Je voudrais tant essayé de parlé……

Laisser un commentaire

Your email is never published nor shared. Les champs obligatoires sont marqués *

“J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site”

Articles Liés