Post Image

Faible face à toi

Posted By La team / 23 mai 2018 / 0 Commentaires

J’avais cédé. Je t’avais envoyé un message alors que je m’étais promis de ne pas le faire. Je me sentais faible, honteuse. Je ne pouvais donc pas me retenir ? Où étaient passées mes résolutions ? N’étais-je pas forte et indépendante ?

Notre dernière dispute remontait à quoi ? Une semaine ? Un long message de ma part, aucune réponse de ton côté. Puis le week-end avait passé sans nouvelles. Ce n’était pas la première fois. Je m’étais jurée – encore !- de briser ce cercle vicieux, de ne pas te solliciter, de te battre froid si tu le faisais. Résultat ? Nada. Enfin si, tu avais fini par me recontacter après quelques jours et j’avais fait de mon mieux pour ne pas t’exploser à la figure, garder mon calme, être cordiale sans être sympa. Parlez-moi de funambulisme ! Peut-être t’avais-je manqué, probablement que non. J’alternais entre satisfaction que l’initiative de contact vienne de toi, frustration qu’elle ne soit pas venue plus tôt, interrogation sur tes motivations.

Tu es revenu sans jamais évoquer le fond de la dispute, sans aucune excuse ou attitude qui laisserait penser que tu voudrais assainir la situation. Tranquille. Tu as trouvé que mon mode « réponse en 3 lettres » (oui, non, lol, ok) était « mignon ». Pour toi, ce n’était qu’une plaisanterie n’est-ce pas ? Et pire, tu me reprochais de ne pas être loquace. Un comble de la part de quelqu’un qui pouvait disparaître des jours entiers ! Je te l’ai fait remarquer. Réponse : tu avais été bien occupé. Point. Je n’ai pas cherché à en savoir plus, ça ne servait à rien.

e me sentais insultée, mais hors de question de le montrer. Je prenais sur moi. Encore. Ne pas être hystérique. Éviter les conflits. Garder la tête froide et le menton haut, alors qu’à l’intérieur, je bouillais. J’étais déçue de toi et déçue par moi-même. Déçue d’essayer de sauver une relation bancale, dans laquelle aucun de nous n’avait sa place.

Je nous regardais péricliter, mourir à petit feu, entre non-dits et explosions de colère, entre silences et bavardages incessants parfois creux. Des montagnes russes quotidiennes.

Mais qu’est-ce que je voulais au fond ? Que tu reviennes un peu contrit, et que tout s’arrange ? Que tu disparaisses à jamais de ma vie ? Je me promettais encore de t’ignorer, avec malgré tout l’espoir que toi, tu ne le fasses pas et qu’on puisse crever l’abcès. Mais je ne me faisais plus beaucoup d’illusions.

Elora

Aucun commentaire

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Your email is never published nor shared. Les champs obligatoires sont marqués *

“J’ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site”

Articles Liés