Post Image

Madonna, féministe, féroce et émue au Billboard Women in Music 2016

Posted By Editorial team / 14 décembre 2016 / 0 Commentaires

À l’occasion de la cérémonie du Billboard Women in Music qui a eu lieu à New-York city, Madonna a été récompensée en obtenant le prix de la femme de l’année.

Avec plus de 30 ans de carrière, Madonna est l’une des plus grandes artistes de sa génération avec une carrière d’une longévité professionnelle exceptionnelle. De « Like a Virgin » en passant par « Like a prayer » jusqu’à « Bitch I’m Madonna ».
Ce prix lui est remis pour rendre hommage à sa carrière d’artiste et à son attachement à la défense des droits des femmes.
Janice Min, la Présidente du groupe média The Hollywood Reporter-Billboard explique les raisons de ce choix, en déclarant que :

«Madonna fait partie d’un très petit nombre de super-artistes dont l’influence et la carrière transcendent la musique. Avec sa vision créatrice, son innovation incessante et son dévouement à des causes philanthropiques, elle est une source d’inspiration pour des centaines de millions de personnes dans le monde entier tout en brisant chaque record de carrière qui existe. En plus de cela, elle est une importante féministe, une artiste unique en son genre qui a utilisé son influence pour changer les discussions sur les femmes, la sexualité et l’égalité des droits.»

Après avoir reçu cette récompense, Madonna a fait un discours plein d’émotions dans lequel elle est revenue sur les blessures du passé et les obstacles surmontés. Elle a largement évoquée la place de la femme dans la société à travers le prisme de sa vie pour finir par s’adresser à toutes les femmes afin de les exhorter à s’entraider et à s’élever.
Madonna a également conclu en remerciant tous les détracteurs qui l’ont accompagné tout au long de ces années et qui l’ont poussé à avancer.

Discours de Madonna lors du Billboard Women in Music 2016 :

Merci pour avoir reconnu ma capacité à poursuivre ma carrière durant 34 ans malgré la flagrante misogynie, le sexisme, l’intimidation constante et l’abus incessant.
Lorsque j’ai débuté, il n’y avait internet alors les gens devaient me le dire en face. Il y avait peu de personnes dont je devais fermer la bouche parce que la vie était plus simple alors.
Lorsque j’ai déménagé pour la première fois à New-York, j’étais une adolescente, c’était en 1979 et New-York était un lieu très effrayant.

Au cours de la première année, j’ai été menacée à l’arme à feu, violée sur un toit avec un couteau s’enfonçant sous ma gorge, et mon appartement a été si souvent cambriolé que j’ai cessé de fermer la porte à clé.

Dans les années qui ont suivi, j’ai perdu presque tous mes amis à cause du SIDA, de la drogue ou des armes à feu.

Comme vous pouvez l’imaginer tous ces événements inattendus ne m’ont pas seulement aidé à devenir la femme aimante qui est debout devant vous, ils m’ont aussi rappelé que je suis vulnérable et que dans la vie, il n’y a pas de réelle sécurité exceptée celle de croire en soi. Et j’ai compris que je ne suis pas la propriétaire de mon talent, je ne suis la propriétaire de rien, tout ce que j’ai est un cadeau de Dieu et même les choses les plus merdiques qui me sont arrivées et qui se produisent toujours sont aussi des cadeaux pour m’enseigner des leçons et me rendre plus forte.

Je reçois le prix de la femme de l’année donc je me suis demandé : “qu’est-ce que je peux dire sur le fait d’être une femme dans l’industrie de la musique ? qu’est-ce que je peux dire sur le fait d’être une femme ? »

Lorsque pour la première fois j’ai commencé à écrire des chansons, je n’ai pas pensé au genre d’une façon spécifique, je n’ai pas pensé au féminisme, je voulais juste être une artiste.
J’ai bien sûr été inspirée par Debbie Harry, Chrissie Hynde et Aretha Franklin, mais ma vraie muse était David Bowie. Il incarnait l’esprit mâle et femelle, et ça me convenait parfaitement. Il m’a fait croire qu’il n’y avait pas de règles. Mais c’était faux.
Il n’y pas de règles si vous êtes un garçon. Si vous êtes une fille, vous devez jouer le jeu.

Quel est ce jeu ?

Vous avez le droit d’être jolie, mignonne et sexy, mais n’ayez pas l’air intelligent, n’ayez pas d’opinion. N’ayez pas une opinion qui soit différente du statu quo. Vous avez le droit d’être d’être traitées comme un objet et d’être habillées comme une salope mais pas d’assumer d’en être une.
Et surtout, je répète, surtout ne partagez pas vos propres fantasmes sexuelles avec le monde. Soyez ce que les hommes veulent que vous soyez mais plus important pour que les autres femmes se sentent à l’aise soyez la personne qu’elles veulent que vous soyez lorsque vous êtes entourées d’hommes.
Et finalement, ne vieillissez pas. Parce que vieillir est un péché. Vous serez critiquée et vilipendée, vous ne passerez certainement pas à la radio.
Lorsque je suis devenue célèbre, il y a eu des photos de nu de moi publiées dans Playboy et Penthouse, des photos qui avaient été prises dans des écoles d’art pour lesquelles j’avais posé à l’époque afin de gagner un peu d’argent. Elles n’étaient pas vraiment sexy, en fait j’avais l’air de m’ennuyer, je m’ennuyais. Je m’attendais à me sentir honteuse lorsque ces photos sont sorties mais je ne l’étais pas et cela a rendu les gens perplexes.
À la longue, on m’a laissé tranquille parce que je me suis mariée à Sean Penn et non seulement il aurait tiré une balle dans votre cul mais j’avais été retirée du marché donc pendant un moment, je n’ai plus été considérée comme une menace.
Des années plus tard, divorcée et célibataire, désolée Sean.
J’ai fait mon album “Erotica” et mon livre “Sex” a été mis en vente. Je me rappelle avoir fait les gros titres de tous les journaux et magazines. Tout ce que j’ai lu sur moi était accablant, j’ai été traitée de pute et de sorcière. Un gros titre m’a comparée à Satan. J’ai pensé :
« Attendez, Prince n’est-il pas en train de parader avec des bas résilles, des talons hauts, du rouge à lèvres et les fesses à l’air? »

Oui, il l’était, mais c’était un homme.

C’est la première fois que j’ai vraiment compris que les femmes n’avaient vraiment pas la même liberté que les hommes. Je me rappelle m’être sentie paralysée. Cela m’a pris longtemps pour m’en remettre et poursuivre ma vie artistique, pour poursuivre ma vie.
J’ai trouvé du réconfort dans la poésie de Maya Angelou, les écrits de James Baldwin et la musique de Nina Simone. Je me rappelle avoir souhaité une consoeur dont j’aurais pu chercher le soutien.
Camille Paglia, la célèbre auteure féministe a dit que j’avais renvoyé en arrière les femmes en m’objectivant sexuellement.
Et j’ai pensé

«Oh, alors si tu es féministe, tu n’as aucune sexualité, tu la rejettes.»

Alors j’ai dit :

«Merde à tout ça. Je suis une féministe d’une autre sorte. Je suis une mauvaise féministe.»

«Oh, alors si tu es féministe, tu n’as aucune sexualité, tu la rejettes.»
«Merde à tout ça. Je suis une féministe d’une autre sorte. Je suis une mauvaise féministe.»

Les gens disent que je suis si controversée. Mais la chose la plus controversée que j’ai jamais faite, c’est de rester.

Ce que j’aimerais dire à toutes les femmes présentes aujourd’hui, c’est ça :

«Les femmes ont été si oppressées pendant si longtemps qu’elles croient ce que les hommes ont à dire à leur sujet. Et elles croient qu’elles doivent soutenir un homme pour réaliser quelque chose. Et il y a des hommes bons qui méritent d’être soutenus, mais pas parce qu’ils sont des hommes, mais parce qu’ils le méritent.
En tant que femme, il nous faut commencer à apprécier nos propres mérites et ceux des autres femmes. Recherchez des femmes fortes pour en faire vos amies, pour vous alignez avec elles, pour apprendre d’elles, pour être inspirées par elles, pour collaborer avec elles, pour les soutenir et être éclairées par elles.»

«Recherchez des femmes fortes pour en faire vos amies, pour vous alignez avec elles, pour apprendre d’elles, pour être inspirées par elles, pour collaborer avec elles, pour les soutenir et être éclairées par elles.»

Comme je l’ai dit avant, il ne s’agit pas tant de recevoir ce prix que d’avoir l’opportunité de me tenir devant vous et de dire merci en tant que femme, en tant qu’artiste, en tant qu’être humain.
Pas seulement aux gens qui m’ont aimé et soutenu le long du chemin nombreux d’entre vous sont assis devant moi en ce moment, vous n’avez pas idée de ce que représente votre soutien. Mais aux sceptiques, aux opposants, à tous ceux qui m’ont fait vivre l’enfer et qui ont dit que je ne pouvais pas, que je pourrais pas ou que je ne devrais pas, votre résistance m’a rendu plus forte, m’a fait avancer plus fort, a fait de moi la combattante que je suis aujourd’hui, a fait de moi la femme que je suis aujourd’hui alors Merci.

Une photo publiée par Billboard (@billboard) le 12 Déc. 2016 à 9h43 PST

Editorial team

Vous souhaitez devenir co-créateur et partager votre vision sur des sujets liés à la sensualité, au rapport au corps, à l'estime de soi et/ou à l'érotisme? Contactez-nous ! Et on en parle ensemble ! > contact@laplisitol.com

Aucun commentaire

Les commentaires ne sont pas autorisés.

Articles Liés