Épisode 4 : It ain’t love

Publié par Loki971 / 19 avril 2018 / 0 Commentaires

Précédemment : «Épisode 3 : À fleur de vice»

« Clara ? »
Sa voix familière, suave et grave à la fois, avec une pointe de rocaille, comment pourrais-je oublier M. Jean-Christophe X… Pourquoi m’avait-il interpellée ce jour-là? Dans ce fichu workshop?

Aujourd’hui nue dans ses bras, la douche tiède qui nous enveloppe, les images et les sensations remontent.

Jean-Christophe, ses manières de faux rigide, depuis la fac, j’ai envie de le sentir en moi. C’est mon fantasme, du genre qui te rend humide mais que tu n’oses pas concrétiser. Par peur d’être déçue ? Bref…

Il était toujours très distant et en même temps accessible dans sa façon d’être, de nous parler. Et puis cette odeur d’after-shave et de tabac, sur lui, dans le contexte, c’était particulier. Ni un dieu du stade, ni une gravure de mode, pas moche non plus, juste un type ordinaire, mais avec un « je ne sais quoi » de passionné, de magnétique, d’envoûtant…

Le hasard, une rencontre, une nuit. Une nuit où il me laisse seule, saisi par sa foutue morale judéo-chrétienne, au lieu de me donner ce que je veux. Une nuit où j’en avais déjà trop fait, je n’allais pas non plus le supplier de me baiser, je n’en suis pas là. Et puis le lendemain, je devais retourner auprès d’Eric, en Guyane… Il m’aurait vue changée, non, au final, ça ne le faisait vraiment pas. Donc, oui, ce soir-là, je l’ai laissé partir, sans plus de mots, sans paroles, juste un baiser pour garder un peu plus le goût de ses lèvres.

Retournée chez moi, à Cayenne, le feu qu’il avait allumé ce soir-là continua de me brûler, de tourmenter mes entrailles. Sa bouche est dans mon cou… C’est bon… Je repars dans mes pensées, j’ai encore envie de lui…
Ça me prenait chez moi, à mon travail, dans ma voiture, mais rien ne changeait et même après m’être masturbée, l’envie ne passait pas.
Je veux le revoir, qu’il termine ce qu’il a commencé. J’ai envie de lui, de son odeur, de ses bras. Eric ne se rend compte de rien, plongé dans son travail, et c’est tant mieux.
Je cherche des solutions, j’élabore des stratagèmes, en vain… Quand soudain, occasion inespérée, mon boulot me propose d’assister à une table ronde en Guadeloupe, avec plusieurs associations d’entreprises du secteur.

Mon enthousiasme a dû un peu surprendre, mais je suis heureuse.

J’ai envie de l’entendre, et de lui faire payer un peu aussi, toute cette frustration, tout ce gaspillage. Sa queue dure me disait qu’il avait envie de moi, ce fameux soir.

Un sourire passe sur mes lèvres, alors que je suis encore dans cette douche, tout contre lui… À y repenser, je rigole, c’était abuser, la voiture, le coup de fil, l’ultimatum. Mais au fond, je le sais, il aime ça.

« J.C, t’aurais pas pu faire ça ce soir-là ?? »

Ses yeux cherchent le vide, sa bouche se tord.


« Clara, je crois que … »
Tais-toi, JC, ne dis rien…

Je pose mon doigt sur ses lèvres…

« … J’ai encore envie, tu sais… »

C’était plus un ronronnement, à peine audible, dans le bruissement de la douche. Mais oui, j’ai encore envie de lui, de son sexe dur, de ses mains fermes qui me caressent et qui me tiennent les cheveux

Il sourit. Je l’embrasse, lui aussi, il a envie.

Il quitte la douche, et je me retrouve seule, l’eau tiède coule sur mon corps, je profite pour me rincer un peu, lisser mes cheveux, me rincer le visage. Ma tension des semaines précédentes a disparu, pour laisser place à l’extase.

Je me sens bien, mais j’ai encore envie ! Qu’est-ce qu’il fait ??

Je sors de la douche, pour le trouver en train de fouiller dans sa sacoche, deux serviettes posées sur la table du salon que nous venons de quitter. C’est tout simple chez lui, pas de fioritures, juste fonctionnel.

On voit qu’il manque une femme dans cette maison, me dis-je en souriant.

« Ben alors JC ??? Tu fais quoi ? »

Il me regarde de nouveau et s’approche de moi, me prend par la taille et, alors que je suis encore toute mouillée m’assied sur la table en posant mes cuisses sur ses épaules. Sa langue court le long de mes cuisses, je frissonne.

C’est bon, oui mon JC, comme ça…

Il s’approche de ma chatte, et lèche mon clito… La chaleur m’envahit de nouveau, je pose mes mains sur sa tête pour qu’il enfonce sa langue dans ma chatte. OMG, c’est bon, mes ongles glissent dans ses cheveux, mes cuisses se crispent

Je ne suis plus là, mon corps ne m’obéit plus, c’est bon… Je m’allonge à plat sur la table pour profiter du moment, je sens que je vais jouir…

Non, pas comme ça, je veux sa queue.

Je le repousse, fermement, et alors qu’il se redresse, je m’accroupis devant lui pour gober sa bite dure. Ça l’excite, j’aime le voir comme ça. Ses poings se serrent, son corps se raidit, tout comme sa queue qui remue dans ma bouche.

À chaque fois que ma langue passe sur son gland. Machinalement, je tiens mon clito entre mon index et mon majeur, puis je m’enfonce les doigts dans la chatte alors que ma paume court sur mon clito.

Hmmmmmmm, c’est bon…

Il est bien dur, je le fais me suivre, sur le canapé, pour qu’il me prenne, comme ça. Je déballe le préservatif et le pose sur sa queue dure avec ma bouche. J’ai horreur du goût… Mais je veux sa queue, tout de suite !!!!

Une fois le préservatif mis, je m’allonge sur le canapé, posant mes talons sur sa taille et tenant fermement sa queue avec ma main.

« Baise-moi JC, baise-moi.. »

C’est ce que je lui dis pendant que j’enfonce sa bite dans ma chatte. Un gémissement force la porte de mes lèvres… Il accélère, puis ralentis, puis accélère de nouveau, sort sa queue, la remet…

Je suis partie à nouveau, mes ongles lacèrent le tissu de son canapé…. C’est boooon !!! Je sens que je viens, à nouveau… Alors je m’agrippe à lui, pose ma bouche dans la sienne et remue mon bassin sur sa queue.

« Encore, vas y… »

Je gémis, je couine, comme une vraie salope… Je jouis, à nouveau, ma mouille gratifie son canapé d’une bonne giclée. Il est surpris

« Clara, t’aurais pu me dire quand même !!! »

Oui, j’éjacule, et alors ??? « Il y a bien des choses que tu dois découvrir par toi-même non, c’est pas mieux comme ça ? ». Et j’explose de rire, sa tête, c’était trop…

Il m’enfonce alors deux doigts dans ma chatte encore humide et se met à me lécher… Je suis surprise, c’est trop tôt, j’essaie de reculer, il me tient par les poignets…

Oh… Ohh…… Ooooohhhhh……. Je viens à nouveau… Oui… Oooohhh……

Moment d’absence, un de plus. Je ne me suis même pas rendue compte à quel moment, j’étais à nouveau dans ses bras. Son odeur… J’aime son odeur… J’embrasse son cou, tiède, et pose ma tête à nouveau au creux de son épaule…

Ma main est sur sa bite, encore dure, mmmmmmh. Je la caresse, elle vibre à nouveau… Il n’a pas encore joui, je veux son goût dans ma bouche… Je me redresse pour l’asseoir sur le canapé, en faisant passer la pointe de mes seins dans sa bouche. Puis je m’agenouille par terre, au milieu de ses cuisses, et je commence à sucer sa queue. D’abord gentiment, puis comme une gloutonne, en la secouant rageusement. J’ai envie JC, jouis dans ma bouche.

C’est à son tour de se tendre à nouveau, son bassin s’agite, il vient….

Un premier jet innonde ma bouche, puis un deuxième, et un troisième… C’est chaud, avec un léger goût, un peu salé, hmmm, j’avale avec plaisir, c’est ce que je voulais.

Il me redresse pour m’embrasser, alors que j’ai encore son goût dans ma gorge. Je m’assieds à califourchon sur lui, par-dessus sa queue.

« Bon, tu me ramènes à l’hôtel ? »

Je n’avais pas envie qu’il parle, qu’il réfléchisse de trop. C’est un moment simple, gardons le pour ce qu’il est. Mais dans ses yeux, je vois bien, je vois bien ce qu’il se passe…

« Clara… Ok, donne-moi le temps de passer quelque-chose »

Je ramasse mes vêtements, je me rhabille. Sa voix avait changé, un peu amère. J’ai passé mon soutien, pris ma culotte dans mon sac et j’ai remis ma jupe

« JC… »

Je m’approche de lui, pour passer mes mains autour de sa taille.

« Ne me touche pas… « , et il recule.

Sa réponse me surprend.

« JC, n’en fais pas un drame s’il te plaît. Tu savais très bien, depuis le départ »

Il se ressaisit, revient vers moi… Il me prend dans ses bras… Il tremble… Noooon, non JC, pas toi, tu vas pas me faire ça…

« Oui, je savais, excuse-moi… »

Ouf, c’est bon, il s’est ressaisi ! J’esquisse un sourire, qu’il me retourne.

« Je dois me préparer, il y a l’ouverture du colloque à 18h, mais après, je suis libre. Tu reviendras me chercher ? »

Pas de réponse… Nous descendons à la voiture…

Les portes se ferment, il est toujours silencieux.

« À quel hôtel tu es ? »

Je lui dis, il me dit qu’il voit où c’est.

« Clara, tu sais, tu n’es pas que le coup d’un soir pour moi… »

J.C, gros bêta…

« Qui t’as mis dans la tête que je pensais ça ? »

Je l’embrasse.

« Toi non plus, têbè, tu n’es pas le coup d’un soir… Mais depuis le départ, je te l’ai dit, j’ai Eric, je vis avec lui en Guyane.
– Oui Clara, je sais, pas besoin de me le rappeler…
– …

Même des années après, il sent toujours pareil, il a toujours ces mêmes tons dans la voix, toujours la même façon d’être.

Hummm, cet homme, même après qu’il m’ait baisée, il reste mon fantasme, et j’aime ça 😀

À vous de jouer!

Vous aussi partagez avec nous votre petite confidence érotique en nous l'envoyant par mail ou via notre formulaire!

Et n'hésitez-pas à échanger avec nos charmant(e)s Confident(e)s, en leur laissant un petit commentaire ci-dessous!

Aucun commentaire

Aucun commentaire

Commenter

Votre email ne sera ni publié ni partagé. Les champs obligatoires sont marqués *

Similaires