Du plus loin que je me souvienne

Publié par Les Invitées / 18 septembre 2015 / 0 Commentaires

Ma toute première fois.
Du plus loin que je me souvienne j’ai toujours aimé le sexe.
Du plus loin que je me rappelle, je me suis toujours donnée du plaisir seule.
Je me rappelle m’être faite coincée une fois par ma sœur aînée qui m’avait flanqué une raclée dont je me souviens encore.

Puis le collège arriva…

Plus les années collèges défilent et plus tu réalises que tout le monde fornique avec tout le monde (professeurs + professeurs ; élèves + élèves, ainsi que élèves + encadrants), à tout moment, peu importe le lieu, peu importe si on peut se faire prendre (deux l’ont fait juste en face du collège et tout l’établissement a pu y participer…visuellement en tout cas…).
Du plus loin que je me souvienne, autant le sexe était tabou chez moi, autant moi je n’avais aucun mal à en parler. C’était un sujet comme les autres. Enfin pas tout à fait comme les autres car celui-ci me donnait matière à réfléchir : comment c’est ? Est-ce que ça fait mal ? Avec qui le faire ? Change-t-on après ?

Tout le monde autour de toi ne parle que de ça : sexe, sexe et encore sexe. Étant donné que j’en parlais naturellement avec les autres et que j’avais des rondeurs, tout le monde pensait que j’étais déjà « affranchie ». Je me gardais bien évidemment de les contredire !

Je n’étais pas le « type » prisé par les garçons : chabine et mince. J’étais une négresse et en surpoids. Mais j’ai tout de même eu quelques flirts. L’un d’entre eux m’a offerte ma première vue du sexe masculin. C’est comme si c’était hier…Son membre était gros (mais vraiment gros, même en étant adulte maintenant, je confirme : il était gros et long !), il était beau : une belle et longue queue toute rose (c’était un chabin). C’est avec elle que j’ai pratiqué ma toute première « gâterie »! Je me posais des questions (pour ne pas changer) : comment faire ? Je savais qu’il fallait la mettre dans la bouche certes mais…

Que faire après !?

Après l’avoir bien admirée, je l’ai prise dans ma bouche (waouw, elle est encore plus grosse que je ne le croyais!). Elle me remplissait en-tiè-re-ment! Même ma langue était de trop! Une fois à l’intérieur, il y a entamé des mouvements de va-et-vient. J’imaginai que c’était une belle et grosse sucette (oui celle que l’on vendait à 5 francs, toute rouge avec le chewing gum au mileu). J’utilisais alors plus ma langue. Oh que c’était bon. Ça l’était pour lui (il ne cessait de gémir sous les roulades de ma langue), mais aussi pour moi!
À cet instant j’étais sure d’une chose : une fellation oui, mais il était hors de question qu’il m’embroche avec cette chose!!
Puis arriva le lycée…
Plus les années passent et plus je tombe sur des « cochons/nnes » comme moi, mais qui l’ont déjà fait ! Bizarrement, mes camarades ne me croyaient pas quand je leur disais que j’étais toujours vierge. Ils pensaient que je mentais ! Seules mes amies proches savaient que c’était vrai.

17 ans : toujours vierge et entourée par des obsédés qui pratiquent et te racontent leurs ébats! Ça commence sérieusement à me foutre en rogne !

Je fis alors la rencontre d’un garçon, plutôt timide et surtout très discret : pile celui qu’il me fallait.

Je ne voulais surtout pas tomber sur un de ces connards qui irait relater à qui veut bien l’entendre comment il m’avait dépucelée !!!!
Après quelques mois je décidais de passer à l’acte! Cela en était assez de ce fichu statut de merde ! Il m’invita à venir chez lui, je lui proposa à mon tour d’y passer le weekend (mieux vaut prévoir large quand même). Sa mère connaissait mon existence et était très charmante! Durant tout le weekend, elle fut une hôtesse exceptionnelle, alors que lui et moi nous nous attelions à l’objectif !! Après maintes et maintes tentatives, nous y arrivâmes enfin! Il n’avait rien laissé entrevoir, mais je découvrais que c’était sa première à lui aussi !!
Je savais que nous y étions parvenus, mais je doutais encore. En effet, mes copines m’avait dit : ça fait mal, tu saigneras, tu te sentiras changée… Pour ma part : pas de douleurs, pas de saignements et surtout « no changement »!! Était-ce une arnaque ? Y étais-je vraiment arrivée ? M’avaient-elles menti ?
Après ce fameux weekend, je n’avais qu’une hâte : celle de pouvoir raconter à mes amies que je l’avais fait !! Oui j’y étais enfin parvenue à 17 ans et 6 mois !… Jusqu’à ce que l’une d’entre elle me fasse la gueule après mon récit…
Je fus vexée qu’elle le prenne ainsi, plutôt que de se réjouir pour moi. Mais maintenant avec le recul, elle avait raison. Je ne l’avais pas fait pour de bonnes raisons et peut-être pas avec la bonne personne car je ne l’aimais pas !

Si c’était à refaire, j’attendrais. J’attendrais le bon moment, la bonne personne, celle dont je serais amoureuse… En effet, 6 mois plus tard (donc pour mes 18 ans), je rencontrais le père de mes enfants avec qui je suis maintenant depuis 14 ans déjà…

Key

Histoires vécues, confidences intimes, fictions érotiques, leurs textes touchent, nourrissent l’imaginaire, libèrent et nous font rêver. Ces petits trésors, sources de plaisirs, nous sont révélés chaque jour par des femmes créatives, inspirantes et audacieuses qui ont su oser écrire leurs désirs d’un jour, leurs envies d’une nuit. De tous âges, venant des quatre coins du monde, en créole, en français ou en anglais, elles partagent avec vous, chère lectrice, cher lecteur leurs émotions ….découvrez leur univers et laissez-vous emporter par leurs écrits.

À vous de jouer!

Vous aussi partagez avec nous votre petite confidence érotique en nous l'envoyant par mail ou via notre formulaire!

Et n'hésitez-pas à échanger avec nos charmant(e)s Confident(e)s, en leur laissant un petit commentaire ci-dessous!

Aucun commentaire

Aucun commentaire

Commenter

Votre email ne sera ni publié ni partagé. Les champs obligatoires sont marqués *

Similaires

Centre de préférences de confidentialité