Post Image

L’arroseuse arrosée

Publié par Les Invitées / 1 août 2018 / 1 Commentaire

Trois mois que je rêve de lui. De sa bouche, de son corps, de sa bite. Lui que je ne connais pas, que je n’ai croisé qu’un court instant.

Au détour d’une réunion, nous avons été présentés par mon baiseur du moment. À cet instant, il n’a pas attiré mon attention, mon clitoris n’a pas vibré à sa vue. Tout simplement pas mon style d’hommes.

Je suis restée discuter avec lui par politesse et surtout pour rendre jaloux l’autre qui nous regardait de manière agacée, pour qu’il puisse me punir sauvagement. Je jubilais d’avance de la punition qu’il me réservait et je mouillais de plaisir en l’imaginant.

Nous avons poursuivi notre discussion dans mon espace de travail jusqu’au moment fatidique de l’échange des numéros. En professionnelle que je suis, j’ai tenu à lui donner mon numéro professionnel. Imaginer dépasser ce cadre avec lui me révulsait.

Une fois la politesse respectée, je lui tournais mon dos pour aller demander ma punition. Mon Christian du moment m’accueillit dans son bureau avec un regard glacial et me lança au visage:« tu as fini de te faire draguer sous mes yeux? S’il pouvait te baiser sur place ça aurait été fait ». Moi, feignant la surprise, je lui déclarai qu’il n’était pas mon style et que sa voix tuait toute once de plaisir en moi.
Voir la jalousie de l’homme qui contrôlait ma chatte réveilla mes instincts de garce. Je décidai de contacter cet inconnu afin de le baiser juste pour rendre l’autre jaloux. Je faisais un acte de charité par la même occasion.

Je laissai passer deux semaines et décidai de le contacter. L’échange des banalités d’usages passé, je décidai de rentrer directement dans le vif du sujet et lui dit: “j’ai envie de baiser ça t’intéresserait de me soulager?”. Rien que d’imaginer nos corps nus me dégoûtait et pourtant la garce en moi était tenace.

Les jours passaient, je ne me rappelais plus de son visage ni de son corps. J’avais déjà lancé les paris avec les copines sur le fait qu’il devait être nul au lit, qu’il était laid et qu’en plus de cela, j’allais perdre mon temps. Et pourtant, au fond de moi d’autres émotions s’installaient. Le soir dans mon lit, j’imaginais ses doigts dans ma chatte, sa bite dans ma bouche. Je l’imaginais me baiser sauvagement, me faire hurler de plaisir. Et la journée, je le descendais en flammes auprès de mes copines. Les paris étaient lancés sur ses faibles prouesses sexuelles. Mes copines souhaitaient qu’il me défonce. Et moi je misais sur sa défaite.

Tous les deux étant très occupés, nous n’avions pas pu fixer de rencontre. Une heure de coker charitable ne méritait pas que je le place en priorité dans mes rendez-vous coquins.
Trois mois se sont écoulés depuis notre première rencontre. Il vient de frapper à ma porte. Je m’apprête à lui ouvrir. Qui gagnera le pari?

Larozeuse

©Canstockphoto/

Histoires vécues, confidences intimes, fictions érotiques, leurs textes touchent, nourrissent l’imaginaire, libèrent et nous font rêver. Ces petits trésors, sources de plaisirs, nous sont révélés chaque jour par des femmes créatives, inspirantes et audacieuses qui ont su oser écrire leurs désirs d’un jour, leurs envies d’une nuit. De tous âges, venant des quatre coins du monde, en créole, en français ou en anglais, elles partagent avec vous, chère lectrice, cher lecteur leurs émotions ….découvrez leur univers et laissez-vous emporter par leurs écrits.

À vous de jouer!

Vous aussi partagez avec nous votre petite confidence érotique en nous l'envoyant par mail ou via notre formulaire!

Et n'hésitez-pas à échanger avec nos charmant(e)s Confident(e)s, en leur laissant un petit commentaire ci-dessous!

Un commentaire

  • Vénus
    2 août 2018 at 2 h 44 min

    Ah oui vivement la suite

Commenter

Votre email ne sera ni publié ni partagé. Les champs obligatoires sont marqués *

Similaires

Centre de préférences de confidentialité